L’infidélité est-elle compatible avec une relation amoureuse ?

infidelite

Dans une relation amoureuse, par définition, on est deux. Et souvent, on se promet de rester fidèle l’un à l’autre; c’est-à-dire, de ne pas tisser d’autre relation, amoureuse ou sexuelle, en dehors du couple. En le faisant, on est infidèle (à sa relation avec l’autre, qui suppose l’exclusivité, à la promesse qu’on lui a faite, à la confiance qu’il nous porte). On trompe la confiance de l’autre. On trahit sa promesse. Mais l’infidélité est-elle toujours incompatible avec la relation amoureuse ? Et surtout, pourquoi est-on infidèle ?

Pourquoi l’infidélité est-elle un tabou du couple ?

Contrairement à d’autres cultures, dans la tradition judéo-chrétienne, l’amour se définit dans le cadre du couple, et s’incarne dans le mariage, excluant l’apparition de tierces personnes. Les serments de mariage prévoient ainsi, depuis la nuit des temps, la promesse d’être fidèle à l’autre tout au long de sa vie. Bien sûr, il y a des tas de façons d’être fidèle. Mais dans ce contexte, il est clairement précisé qu’il est question d’une fidélité sexuelle, dictée avant tout par la nécessité d’éviter la naissance d’enfants bâtards et d’assurer la pureté de la lignée familiale. Un problème qui est relatif de nos jours, puisque les couples se font et se défont sans complexes et qu’une naissance hors mariage n’est plus considérée, de toutes façons, comme un scandale ni une malédiction pour l’enfant lui-même. Pourtant, l’exigence de fidélité demeure. Son implication a changé. Ce n’est plus en vue des enfants, mais pour des raisons purement affectives qu’on demande à l’autre d’être fidèle. L’amour dans le couple reste vécu comme devant être exclusif. Justement parce que le couple marié n’est plus une machine à faire des enfants, comme autrefois, où un homme et une femme se mariaient dans leur milieu, principalement pour assurer la continuité d’un nom de famille. Maintenant, si on se marie, c’est parce qu’on s’aime. C’est, parce qu’entre tous les habitants de cette planète, on en rencontre un en particulier qui devient unique, et pour lequel on entend bien, soi aussi, rester unique. Aimer, c’est choisir, mais c’est aussi avoir envie de durer. Dans les mythes, souvent, l’amour entre deux héros n’est éternel que parce qu’ils meurent : si Tristan et Iseult avaient vécu, auraient-ils continué à s’aimer ? Et Roméo et Juliette ? Seraient-ils restés ensemble ? On l’ignore, mais on préfère croire que oui. Et de toutes façons, c’est à Roméo et Juliette jeunes, unis par des liens indestructibles, qu’on veut ressembler quand on est en couple. Toute relation amoureuse est un défi au temps, le désir d’être immortel l’un en face de l’autre, de former un duo pour l’éternité.  C’est ainsi que l’infidélité est restée un interdit… qui, comme tous les tabous,  donne lieu à des transgressions.

La fidélité : une valeur sûre du couple ou l’infidélité, un tabou à transgresser ?

Dans nos sociétés modernes, pourtant, l’infidélité a été longuement dédramatisée. Les médias nous bombardent à longueur de temps avec tel ou tel couple people infidèle, brodant sur les frasques de l’un ou de l’autre, en faisant même un roman feuilleton qu’on ne peut pas s’empêcher de suivre ! Avec les clubs d’échangisme, les limites de l’infidélité ont été repoussées. Faire l’amour avec un autre n’est plus forcément tromper l’autre, puisqu’on le fait devant lui, avec son accord et pour son plaisir. Certains couples prônent l’ouverture d’esprit, ne sont pas contre une aventure, que ce soit pour leur compte ou celui de leur conjoint. L’essentiel, expliquent-ils, c’est de ne pas tomber amoureux. Loin d’être un facteur de séparation, l’infidélité mettrait du piment dans la relation, réveillant des rapports qui tendent à s’assoupir au fil du temps, y compris au niveau sexuel. Donc, la véritable infidélité, maintenant, ce n’est plus d’avoir des rapports sexuels avec quelqu’un d’autre, mais de tomber amoureux ? Quand on en aime un autre, bien sûr, le couple explose. Mais il n’explose pas en raison de la seule tromperie, mais plutôt parce que son partenaire désire suivre quelqu’un d’autre ! Et l’infidélité exclut-elle la blessure narcissique qui, pendant longtemps, semblait inévitable lorsqu’on était trompé par son partenaire, même si c’était « pour le fun », même si c’est « toujours toi que j’aime » ? Une telle théorie est contestable. Premièrement, nos amis les people sont les premiers à nous le montrer : l’infidélité peut faire rire, parler et vendre les journaux, elle est souvent suivie d’une rupture. Combien de couples célèbres se sont-ils séparés après la découverte de sextos ou une soirée de trop passée avec la baby-sitter ? Chez les people, pas plus que chez les gens ordinaires, on ne plaisante pas en cas d’infidélité. Parce que, pour la majorité des couples, la fidélité reste quand même une valeur sûre, le meilleur garant de l’unité du couple et du bonheur de l’un et de l’autre. Alors, fidèle ou infidèle ?

Qu’arrive-t-il quand on passe à l’acte ?

Mais la fidélité d’une vie est-elle compatible avec la nature du désir amoureux, dont le propre est d’être fluctuant, changeant, exigeant ? Passés les premiers temps d’une relation, il n’est ni rare ni anormal de recommencer à regarder les autres et, parfois même, d’éprouver du désir pour un inconnu croisé dans la rue, une fille au regard sensuel, un collègue de bureau… Etre fidèle à l’autre en passe-t-il par la négation de ces désirs et donc par une certaine infidélité, après tout, vis-à-vis de soi-même ? Comment gérer le désir qu’on éprouve parfois en dehors d’une relation de couple ? Et que se passe-t-il quand on passe à l’acte ? Fantasmer sur un autre sans passer à l’acte, est-ce déjà être infidèle ? Mais si je passe mon temps à réprimer mes désirs les plus intimes, ne vais-je pas finir par en vouloir à l’autre, à mon partenaire, et finir, de toutes façons, par me détacher de lui ? Tout d’abord, il importe de savoir que chaque couple a sa définition de l’infidélité. Pour un partenaire jaloux, croiser le regard d’un autre, c’est parfois déjà une infidélité ! Pour d’autres en revanche, plus coulants, la seule infidélité, c’est de tomber amoureux de quelqu’un d’autre… Dans le couple, les profils sont multiples. Il y a ceux qui préfèrent fantasmer en silence, sans cesser d’aimer leur partenaire et de dépendre de la sécurité affective d’une relation stable, ceux qui ne peuvent s’empêcher d’avoir des aventures à droite et à gauche, tout en culpabilisant et vivant dans l’angoisse que leur partenaire ne les surprenne. L’infidélité peut être aussi le symptôme d’une crise, d’un malaise dans le couple et l’occasion de l’exprimer, et de relancer la relation amoureuse. Tromper son conjoint, ce n’est pas forcément le quitter… c’est même parfois un appel du pied pour le faire revenir ! Pourtant, une fois que c’est fait, ne vous faites pas d’illusions : c’est souvent très difficile pour un homme ou une femme d’accepter d’avoir été trompé, même comme ça, même en passant, même dans un moment de crise. L’infidélité, oui… mais sans se voiler la face sur ses conséquences, en sachant ce que ça signifie pour vous et pour votre partenaire, et votre avenir ensemble.
 

Comments are disabled

© 2017 Site de la Manifestation. WP Castle Theme by Just Free Themes